1 exhibition + 1 look : Henri Cartier-Bresson

I am introducing a new series on the blog. I thought about it for a while, whether I should do it or not. Well as you can tell I have decided to try it. So here is the first article of  “1 exhibition + 1 look”.

Basically every time I go see a temporary exhibition I take pictures of the place and I also take a picture of my outfit. It is just a way for my to combine my first passion (which is art of course) and a second little one (fashion) that I don’t talk about often on the blog. So there it is.

Je démarre une nouvelle série sur le blog. Ça fait un moment que j’y pense, si je la fais si je la fais pas. Et comme vous pouvez le voir j’ai décidé de tenter ! Donc voici le premier article de : “1 exposition + 1 look”.

Chaque fois que je vais à une exposition temporaire je prends des photos de l’endroit et je prends aussi une photo de ma tenue. C’est juste une façon de combiner ma première passion (l’art bien sûr) et une seconde plus discrète (la mode) dont je ne parle pas très souvent sur ce blog. Voilà voilà.

The exhibition

On Thursday I went to the new exhibition which just opened at the Centre Pompidou :

Henri Cartier-Bresson (1908-2004).

One word : amazing.

Jeudi j’ai visité la nouvelle exposition qui vient tout juste d’ouvrir au Centre Pompidou :

Henri Cartier -Bresson (1908-2004).

En un mot : superbe.

exposition Henri Cartier-BressonI was really glad of the ensemble : the pictures are of course amazing, and they are displayed in a very soft, gentle way. The scenography shows the mood, the essence of the photograph. The walls are grey, and the lighting hit just in the right spots. Nothing too fancy but at the same time the scenography is here, present.

I also liked that the different tools Cartier-Bresson used were shown : photo, video, drawings and paintings.

J’étais très contente de l’ensemble : les photos sont bien sûr superbes et elles sont présentées d’une manière très délicate. La scénographie exprime l’ambiance, l’essence du photographe. Les murs sont gris et l’éclairage est placé juste au bon endroit. Rien de surfait mais en même temps la scénographie est là, présente.

J’ai aussi apprécié que les différents médiums qu’a utilisé Cartier-Bresson soient montrés : photo, vidéo, dessins et peintures.

Henri Cartier-BressonI did not know there were colored pictures, they show some in the exhibition but in a way that respects the artist thought. Let me explain, Cartier-Bresson was a reporter for Life magazine and has to use colors because the journal wanted him to do so, but he did not like it. For him it was just a way to show the information, the colors would not show as many details are the large spectrum of blacks, greys and whites would. So the photos are shown in just one showcase and everything I just told you is explained on it. Just the information. I thought that detail was quite interesting.

The exhibition is divided in sections, it shows “there is not just one Henri Cartier-Bresson” (known for his “decisive moment”).

There are several : at the beginning when he was influenced by the surrealists (1926-1935), when he was politically involved, worked for the communist press and tried cinema (1936-1946). And when he created Magnum Photos until he stopped photojournalism (1947-1970). Many more dates have to be added but these are just examples used for the exhibition presentation.

When you visit you can actually understand the evolution of the artist. The different inspiration he got. How he worked and how he saw the world around.

Je ne savais pas qu’il avait fait des photos couleurs, ils en montrent dans l’exposition mais d’une manière qui respecte la pensée de l’artiste. Laissez-moi vous expliquer, Cartier-Bresson fut reporter pour Life magazine et a utilisé les couleurs car le journal le désirait même si lui ça ne lui plaisait pas. Pour lui c’était juste un moyen de montrer l’information, les couleurs ne montreraient pas autant de détails que le large spectre que fournit les variations de noir, de blanc et de gris. Alors les photos sont exposées dans une vitrine et tout ce que je viens de vous expliqué y est indiqué. Juste l’information. J’ai pensé que ce détail était assez intéressant pour être relevé.

L’exposition est divisée en sections, elle montre “qu’il n’y a pas qu’un seul Henri Cartier-Bresson” (connu pour son “instant décisif”).

Il y en a plusieurs : au début quand il était influencé par les surréalistes (1926-1935), quand il fut engagé politiquement, a travaillé pour la presse communiste et s’est essayé au cinéma (1936-1946). Et quand il créa Magnum Photos jusqu’à ce qu’il arrête le photo-reportage (1947-1970). Encore d’autres dates doivent être ajoutées mais celles-ci sont juste des exemples utilisés dans la présentation de l’exposition.

Quand l’on visite l’expo, on peut comprendre l’évolution de l’artiste. Les différentes inspirations qu’il a eu. Comment il a travaillé et comment a-t-il perçu le monde autour de lui.

Henri Cartier-Bresson

Dieppe, France, 1926

This is probably one of my favorite from the exhibition. The artist took a lot of pictures of people asleep in different positions. I thought it was so interesting so the viewer can imagine what the person is dreaming about.

However around 1930 he distanced himself from the surrealist. The pictures he took of people asleep were different. The idea wasn’t the romantic feeling of a dream but a testimony of their bad living condition.

La photo ci-dessus est l’une de mes préférées de l’expo. L’artiste a pris beaucoup de photos de gens endormis dans différentes positions. J’ai pensé que c’était intéressant que le spectateur puisse imaginer ce dont la personne est en train de rêver.

Cependant vers 1930 il prit de la distance avec les surréalistes. Les photos  qu’il prît alors des gens endormis furent différentes. L’idée n’était plus celle romantique d’un rêve mais plutôt un témoignage de leurs mauvaises conditions de vie.

Henri Cartier-Bresson

Many more images are important during his evolution as an artist. For example the decision he took when covering the crowning of George 6th. He turned his back to the king in order to photograph the people waiting and trying to catch a glimpse of the monarch.

Beaucoup d’autres images sont importantes durant cette évolution en tant qu’artiste. Par exemple la décision qu’il prît lorsqu’il couvrit l’événement du couronnement de George VI. Il tourna son dos au roi pour pouvoir prendre en photo le peuple attendant et essayant d’apercevoir le souverain.

Henri Cartier-Bresson To know more about Henri Cartier-Bression here is the website of the artist’s foundation and the exhibition’s website.  If you are not in Paris and cannot visit the exhibition you can download the app, available for ios and android (4,49€ / 6,14$).

Pour en savoir plus sur Henri Cartier-Bresson voici le site de sa fondation et le site de l’exposition. Si vous ne pouvez pas voir l’exposition à Paris vous pouvez toujours télécharger l’application, disponible sur ios et android à 4,49€.

And there is more maybe you can check out the exhibition in the next cities it will travel ! Et il y en a encore peut-être que vous pourrez voir l’exposition dans une de ses prochaines destination !

– Institute de Cultura / Fundación Mapfre, Madrid, June 28th to September 8th 2014 / Madrid, 28 Juin au 8 Septembre 2014,

– Museale dell’Ara Pacis, Rome, 25th of September 2014 to January 6th 2015 / Rome, 25 Septembre 2014 au 6 Janvier 2015,

– Museo del Palacio de Bellas Artes, Mexico, January 22nd to April 19th 2015 / Mexico, du 22 Janvier au 19 Avril 2015.

Now let’s move on to the next chapter of this article… / Maintenant voyons la deuxième partie de notre article…

The look

outfit of the day / Henri Cartier-BressonI went for a men’s clothing inspiration with the blazer and the hat (which kept running away from me thanks wind…) / J’ai été inspiré par le côté masculin/féminin avec le blazer et le chapeau (qui n’arrêtait pas de s’envoler, merci le vent).

Here is a close-up / Voici une photo rapprochée.outfit of the day / Henri Cartier-BressonI know one of my shirt’s button is not attached, I’m such a rebel… See you next time !

Oui je sais l’un de mes boutons de chemise s’est défait… je suis une vraie punk c’est fou… A la prochaine !

Chapeau / hat = macy’s Men’s section

Chemise / Shirt = American Eagle Outfitter

Blazer / Mango

Jeans / Topshop

Chaussures / Shoes = Urban Outfitters

Sac / Bag = Olivia + Joy

Advertisements

3 responses to “1 exhibition + 1 look : Henri Cartier-Bresson

  1. Pingback: HENRI CARTIER – BRESSON – COMPLETE RETROSPECTIVE at the CENTRE POMPIDOU | Whither the Book·

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s